Office

Court métrage en collaboration avec la compagnie ELLAYA. Sortie le 17 mars 2021

Informations

Ellaya

Réalisatrice

Marine Pichon

Chorégraphes et Danseuses

Laura Mazeaud
Géraldine Baroni

Compositeur

Johany Berland

Pitch

Dans les bureaux d’une startup qui se veut créative, deux employées répètent leurs gestes quotidiens de manière méthodique, robotique, sans y prendre plaisir. Complètement dépassées par la surcharge de travail, elles décident de se reprendre en main et d’envoyer valser la bienséance bureaucratique. Elles dansent.

Concept

Dans notre société moderne, le burn-out est désormais monnaie courante(1).

Pourtant paradoxalement, le milieu de l’entreprise n’a jamais été autant revendicateur d’une culture du cool. Nous évoluons aujourd’hui dans des startups qui apparaissent comme des lieux stimulants, propices à la créativité, à la bonne entente entre collègues, et à l’attitude décontractée et « friendly ». Dans ces lieux néanmoins, l’ambiance peut vite devenir anxiogène à cause de la quantité de travail demandée, la productivité attendue, et la comparaison entre collègues. 

Ainsi, le contraste entre l’environnement de travail et l’état de stress d’un salarié
n’en est que plus saisissant.

OFFICE, notre court métrage, s’inscrit en ce sens à travers des danseuses évoluant dans des opens spaces vides, métaphore de la solitude que nous pouvons vivre au travail alors que nous sommes pourtant très entourés.

D’abord bureautique et répétitive, la danse connaîtra un dérèglement énergique lors du burn-out jusqu’à caricaturer les symboles de la bienséance bureaucratique. Nous découvrons alors des femmes puissantes et pleines de ressources, prêtent à en découdre avec le système.

Le fait d’évoluer dans des bureaux vides dépourvus d’interactions sociales n’est pas sans rappeler la situation actuelle avec le COVID-19. Une étude(2) menée juste après le premier confinement, et correspondant au moment du tournage de ce court métrage ; a montré que près d’un quart des Français a été exposé à un risque de burn-out pendant ce premier confinement. Par ailleurs, les femmes en entreprise sont deux fois plus sujettes au stress que les hommes. Elles ont en effet le sentiment de devoir accomplir plus que nécessaire pour prouver leur valeur, tout en essayant de trouver un équilibre avec leur vie personnelle.

Ce court métrage peut donc être interprété comme une allégorie de notre sentiment face à la crise actuelle. Nous ressentons de la solitude, créée par la distanciation sociale à laquelle s’ajoute la surcharge de travail et le poids de l’efficacité attendue par l’entreprise qui cherche –et encore plus aujourd’hui– à continuer de faire des bénéfices pour limiter la « casse ». Nous ressentons également le besoin de nous recentrer sur nous-même, de puiser dans nos ressources, et de dépasser nos limites, car c’est bien connu : « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort »(3). 

C’est ainsi que nous avons choisi comme titre de ce court métrage « OFFICE » :

nous jouons sur l’aspect « Off » : la déconnexion ; et « ice », la glace et le froid.

Être déconnecté de Soi c’est être mort/froid.

(1) Série de France Culture sur le travail : « Burn-out : le mal du siècle ? »

(2) Étude réalisée par le CSA et LinkedIn sur l’état d’esprit des Français pendant le confinement.

(3) Citation de Friedrich Nietzsche dans Le Crépuscule des idoles (1888).

Kit presse

Galerie

Photos du tournage